Témoignage d’André

Témoignage d’André

Je voudrais préciser que nous menons avec Patrick et Sylvie des projets en commun depuis maintenant 30 ans. Dés ma retraite j’ai souhaité aller sur place avec eux pour mieux comprendre à quoi servait notre engagement et de façon subsidiaire l’argent que nous envoyons. Nous avons pu sur place réorienter notre aide en fonction des critères que nous nous étions fixé et nous avons pu changer notre façon d’aider ces orphelins ou « semi-orphelins » et les adultes qui en avaient la charge. La chose n’a pas été facile car il est toujours difficile de dire à quelqu’un que ce qu’il fait n’est pas bien ni juste et que notre aide va s’arrêter. Il était important à ce moment des négociations d’être 4 sur la même ligne de pensée et l’entente Gimenez-Burdin a été parfaite y compris dans la maitrise indispensable de l’anglais. Nous ne souhaitions pas donner d’argent directement car nous nous sommes rendus compte qu’il était détourné de sa destination première. Nous avons donc payé les médecins, les écoles, les vélos, les meubles, la literie, la nourriture, les soins, les loyers, les travaux notamment des salles de bains indispensables pour éviter certaines maladies.

Nous avons aussi réorienté nos projets et nos financements vers d’autres bénéficiaires qui jouaient le jeu de façon honnête.

Voilà ce que nous avons fait Geneviève et moi avec Patrick et Sylvie et que nous continuons à faire. Nous souhaitons y aller en 2016 pour faire le même diagnostic et éventuellement d’autres ré-orientations si elles s’avéraient nécessaires car les 6 enfants que nous suivons ont été séparés dans différentes structures et nous souhaitons continuer malgré cela un suivi différent et efficace.

Patrick et Sylvie sont des gens formidables qui méritent d’être aidés et leurs voyages fréquents à leur frais sont autant d’actes clairement humanitaires et de charité. D’ailleurs je m’interroge, moi qui ai été bénévole toute ma vie dans le sport, dans quelle mesure leurs voyages ne devraient pas être en partie financés pour ne plus être complètement à leur charge.

André Gimenez
(voyage d’octobre 2013)

2017-09-19T11:29:47+01:00